Kyosho Cup 2003 M1 à Aigle

(reportage et photos: Lionel)

La 1ère manche de la Kyosho Cup s'est déroulée ce week-end à Aigle, sur la magnifique piste du MRCAL. Un peu d'humidité le samedi, suite à la pluie de la nuit précédente, mais un après midi puis un dimanche parfaitement ensoleillés permirent à chacun de profiter d'un splendide week-end. L'organisation et la buvette, fort sympathique et très accueillante, ne souffrirent d’aucune critique. Repas chauds le samedi et le dimanche à prix très raisonnables et infrastructure très "professionnelle" font de ce club un des plus agréable de suisse (comme Lostallo, Langenthal ou encore CRF Power en indoor).

Voir le classement général.

La piste:

Très rapide, mais assez technique, le magnifique tracé d'Aigle, gommé par le temps, offrait une très bonne accroche dès que le soleil fit son apparition.

Les stands:

Nous y avons retrouvé les habitués ainsi que de nouveaux venus, une participation de 43 pilotes, ce qui est relativement peu pour la Kyosho Cup. Certainement que le mauvais temps du vendredi et la météo incertaine du samedi découragèrent quelques pilotes. Peut-être aussi que la distance fut un problème pour quelques pilotes Suisse-Allemands, bien que les "ténors" aient fait le déplacement.

La course V-one-S:

Catégorie la plus disputée, ou l'on note l'excellente performance de Marc Bösiger, sur une voiture quasiment d'origine, mise à part la boite de vitesse et les amortisseurs. Derrière, on retrouve l'excellente Didier Baltensperger, Jean-Pierre Gros et André Denicola. Le jeune Arnaud Buffat, actuellement très en forme tant en thermique qu'en électrique, aurait mérité une place de mi-finale A pour sa première course de Kyosho Cup. Mais malheureusement, il ne réalisa que 4 tours dans sa meilleure qualif: coupé net dans son élan par une voiture arrétée au millieu de la piste au lieu des stands (manche 1), problème de quartz suite au choc de manche 1 (manche 2) et voiture et puce détruite par l'atterissage sur son train avant de celle de Jean Villar après une grosse faute de se dernier... (manche 3).

En finale, Marc Bösiger s'impose avec brio devant André Denicola, remonté de la 4 place. Jean-Pierre Gros fini à une excellente 3ème place. Malheureusement, Didier Baltensperger connu des ennuis dans les 2 manches de finale, le reléguant à la 9ème place finale, alors que le podium aurait été mérité.

La course V-one-R:

Gabriele Faedi réalise pôle et victoire, devant Urs Gassmann et Rolf Röllin. Belle remontée de René Grünig de la 7ème à la 4ème place, alors que Giuseppe D'arrigo, pourtant parti 3ème, se trouva relégué à la 6ème place suite à divers petits ennuis.

Notons que les premiers pilotes de V-one-S ont tourné plus fort que les V-one-R, grâce a un pilotage plus appliqué.

La course V-one-RR:

Cette catégorie demeure évidemment la plus spectaculaire, et très disputée avec la V-one-S. Alexandre Amort réalise la pôle dans un temps très proche de Graziano Pajalunga. Tous deux furent très impressionnant ce week-end, avec un pilotage très agressif et performant. Derrière, on retrouve l'excellent Markus Bader, suivi de Monika Ackermann.

Lors de la première finale, qui fut la plus rapide, Alexandre Amort et Graziano prirent un excellent départ et personne ne fut en mesure de les rattraper, l'écart grandissant à chaque tour. Christophe Simeth, dont c'était la première course dans la catégorie, parvint à se hisser à la 3ème place dépassant tour à tour Monika Ackermann puis Markus Bader. A mi course, Graziano alors 2ème se voit contraint à l'abandon suite à une touchette (biellette). Alexandre Amort remporte cette manche, suivi de Christophe Simeth et Markus Bader. La seconde manche fut moins rapide, et vit la victoire d'Alexandre Amort.

Matériel:

En V-one-S, rien de bien nouveau. Les options "qui marchent" sont connues: barres anti-rouli, boite de vitesse, ressorts et platine / réservoir. En V-one-R et V-one-RR, rien de bien nouveau non-plus, le souci étant plutôt accé sur la performance et la fiabilité, les pilotes utilisant des choses "sûres" plutot que tentant d'essayer de nouvelles choses. De toute façon le réglement ne laisse guère de place au "bricolage", et les voitures sont d'origines très performantes. Côté motorisation, le GS15 bien réglé est performant. Il ne faut pas lui demander de monter haut dans les tours, mais sa puissance permet d'emmener facilement de bons rapports. En R et RR, où les moteurs sont libres, les Nova-Mega se montrent très rapides, de même que le Sirio de Graziano Pajalunga. Le seul moteur Team Orion de la finale, utilisé par Christophe Simeth, s'est montré très puissant, mais un peu moins rapide en bout de ligne droite. Au niveau performance pure, le moteur CRF sur base Nova-Mega d'Alexandre Amort demeure la référence. En ce qui concerne les pneus, le réglement 2003 fait passer toutes les catégories en pneus mousses (Power Tyres, c'est à dire GRP / Ellegi). L'usure est importante mais les performances excellentes. Au niveau des duretés utilisée, cela allait du 35 au 40 arrière, et du 37 au 40 avant.

Lemaco, se rendant compte que le budget pneus est une chose devenue très importante, eu l'excellente idée de récompenser les pilotes par des paires de pneus plutôt que les traditionnelle coupes.

De même que l'habituel tirage au sort de bons d'achats a été remplacé par un tirage au sort de trains de pneus (pour 4 pilotes).

Remise des prix:

L'ambiance fut bon-enfant et conviviale lors de la remise des prix, dômage que seul un pilote soit monté sur le podium avec sa voiture en mains, cela aurait été fort appréciable pour les photos. Ce n'est que peu important, mais espéront que les autres y penseront pour la prochaine course, ce serait sympa.

Conclusion:

Excellente week-end à Aigle, la coupe Kyosho 2003 est partie dans le joie et la bonne humeur.

Partenaires de RC Infos:

Retour en haut de page    |    Retour à la page précédente

Charte d'utilisation    |    Contact    |    RCi sur Twitter    |    RCi sur Facebook

Copyrights © :   AdaptaWeb  /  RC Infos    |    Dernière mise à jour:  Vendredi 09 octobre 2015