Championnat du Monde 1/10 Touring 200mm

(Sources: RC Racing et diverses)

 

Le championnat du monde vient de se terminer, avec la victoire finale d'Adrien Bertin et une très nette domination de l'équipe Kyosho. Voici quelques photos prises par Mike Myers, les résultats, ainsi qu'une brève analyse d'un championnat du monde particulier.

Avant de recevoir des commentaires inutiles des éventuels lecteurs qui ne seraient pas d'accord avec mon analyse, je dirais simplement que celle-ci n'engage que moi, qu'elle est basée sur les divers compte-rendus et interviews de Mike Myers, et que des avis, il y en a autant que de personnes.

Les forces en présence:

-Le Team Kyosho, qui a mis toutes les chances de son côté: nombreux pilotes de très haut niveau (Adrien Bertin, David Spashett, Chris Tosolini, Takaaki Shimo, Francesco Tironi etc), un motoriste unique (Sirio) et des moyens techniques et humains important (dont Masaaki Hirosaka, concepteur de nombreux châssis Yokomo, ainsi que les concepteurs des FW05 et des RRR).

-Le Team Associated, dont les NTC3 ont semble-t-il été dépassées sur cette piste de vitesse, bosselée par endroit et relativement peu technique. Malgré des pilotes talentueux (Barry Baker, Mark Pavidis ou encore Craig Dresher), les NTC3 n'ont jamais été à leur aise.

-Le Team Mugen, avec de très bons pilotes du team USA (Mike Swauger notament) et quelques pilotes isolés (comme par exemple Steve Olanier), mais trop isolés. Les tops pilotes asiatiques ayant renoncé.

-Le Team Serpent, venu avec des ambitions, mais apparement trop peu de tout bons pilotes (Michaël Salven, Mark Green, Massimo Fantini, Arnaud Chaussard etc) pour effectuer un réel travail d'équipe comme l'a fait le Team Kyosho.

De très nombreux pilotes ont renoncé à ces worlds dont Masami Hirosaka, Atsushi Hara et le team Mugen Japon. En fait il n'y a quasiment que les pilotes Kyosho qui ont fait le déplacement parmis les asiatiques. On notera aussi une absence de bons pilotes, pour raison professionnelle (comme Sebastien Wartelle, par exemple), car il n'est pas simple de partir une dizaine de jour au Brésil en plein mois d'octobre lorsque l'on est pas payé pour rouler.

La course, les stratégies et les faits rapportés lors de diverses interviews:

Chez Serpent:

Selon les écrits d'Arnaud Chaussard, sur le site Yome3000, la piste est en cause: bosselée par endroit ("piste de TTistes"), et des casquettes (tonneaux provoqués par une accroche extrème) par endroits. Toujours selon le pilote Français, tourner au temps au tours comme les Kyosho est faisable, mais il est très difficile de le faire de façon régulière sans partir à la faute. Dans ses interview, Michaël Salven se plaint lui d'une voiture très difficile à conduire, très glissante après les orages violents du dimanche et du mercredi. Il se plaint aussi d'être réduit dans son choix de pneus, GRP n'ayant jamais reçu ses 2'000 paires de pneus bloqués à la douane.

Apparement, une partie de la piste serait devenue sale suite aux orages, et les pilotes tentant de bien crocher sur cette partie partent en casquette sur la partie qui aurait perdu moins d'accroche.

Mike Myers rapporte une anecdote fort intéressante: Salven a aidé a régler la 710 d'un pilote local qui ne s'en sortait pas. Après avoir refait les réglages de cette auto avec son mécanicien, il est allé voir le pilote rouler... et là ou lui-même ne pouvait attaquer, ce pilote local pouvait passer comme il le voulait. Michaël a alors confié à Mike Myers qu'il reviendrait à une voiture de boîte car visiblement il serait parti dans de mauvais choix.

Chez Associated:

Comme dit précédement, la NTC3 est plus une voiture pour circuits sinueux, comme celui d'Amstetten lors des championnats d'europe en Autriche. Apparement, la voiture partait beaucoup trop facilement à la faute (casquette). De plus, le nombre de pilote réduit ne leur a probablement pas permis de travailler en team, et de trouver ainsi facilement un réglage adéquat pour cette piste particulière.

Chez Kyosho:

Le fait que la FW05 marche quasiment aussi bien que la RRR démontre que la supériorité ne réside pas tout simplement dans un châssis au dessus du lôt, mais dans un ensemble de choses. En effet, la réussite se situe dans une parfaite entente d'équipe et un travail commun, qui a semble-t-il commencé au Pre-World avec la victoire de Francesco Tironi (il est toujours important de prendre ses marques et de tester des choses, même six mois avant la "vraie" course). Les créateurs des châssis FW05 et RRR étaient sur place, les motoristes Sirio aussi, et Kyosho disposait de ses propres pneus: il s'agirait de GRP sur jantes Kyosho, mais c'est une information que je n'ai pas pu vérifier. Lorsque l'on connait les différences importantes de comportement pour un même pneu simplement en changeant de jante, il est possible que ces roues Kyosho aient, sur cette piste, constitué un des éléments important dans la domination des voitures.

Selon les observateurs, "là ou les autres voitures partent en casquette, ou glissent, les Kyosho ne bougent pas". Preuve que les pilotes ont su trouver le compromis idéal pour cette piste au niveau des réglages et des pneus.

La course:

Lors des qualifications, les pilotes Kyosho ont pris d'entrée l'avantage sur leur concurrents. Du côté de Serpent, on s'en sort avec un peu de mal, en plaçant Massimo Fantini et Mark Green dans le top 10. Malheureusement, le sympathique pilote Anglais sera rétrogradé en 128ème de finale pour réservoir trop grand. Mark Green effectuera une remontée extraordinaire, du 128ème de finale jusqu'a la finale ! Tout simplement fabuleux.

Je ne vais pas vous relater les faits de courses, car ce n'est pas le but de mon article, et vous trouverez certainement un récit complet des courses sur d'autres sites ou dans les revues spécialisées. Voici les résultats finaux:

1 Adrien Bertin 190 laps Kyosho RRR Sirio
2 Takaaki Shimo 188 laps Kyosho RRR Sirio
3 Chris Tosolini 185 laps Kyosho RRR Sirio
4 Josh Cyrul 184 laps Kyosho RRR Sirio
5 Ken Furukawa 184 laps Kyosho RRR Sirio
6 Mark Green 183 laps Serpent 710 Mega
7 Francesco Tironi 182 laps Kyosho RRR Sirio
8 David Spashett 179 laps Kyosho RRR Sirio
9 Michael Salven 167 laps Serpent 710 Mega
10 Teddy Syach 124 laps Kyosho RRR Sirio

Conclusion:

Je ne parlerai pas d'une supériorité au niveau châssis, mais d'une domination d'un team complet, ce qui n'enlève rien au panache de la victoire du pilote "Luxembourgeois" Adrien Bertin.


Adrien Bertin, champion du Monde !


La piste, bosselée et sale par endroit, mais magnifique dans l'ensemble.


David Spashett


Josh Cyrul en pleine bagarre avec Mark Pavidis


David Spashett


Josh Cyrul sur une des importante bosse ("circuit de TT dira Arnaud Chaussard")


Adrien Bertin, lui aussi sur la bosse


Coup de raquette pour la 710 de Salven, toujours sur la même bosse.


Oui oui, ce circuit est bien celui d'un championnat du monde !


Sur la partie accorcheuse, nombre de pilotes partent en casquette, ici Mark Pavidis.


Craig Dresher, habitué du TT se fera lui aussi piéger par la piste


Extraordinaire remontée de Mark Green, des 128ème de finale à la finale !


Mark Green, dans une autre remontée


Masaaki Hirosaka, père de Masami (absent), venu mettre au point les Kyosho RRR


Une Kyosho RR, l'arme absolue sur ce circuit


La Serpent 710 de Michaël Salven

 

 

Partenaires de RC Infos:

Retour en haut de page    |    Retour à la page précédente

Charte d'utilisation    |    Contact    |    RCi sur Twitter    |    RCi sur Facebook

Copyrights © :   AdaptaWeb  /  RC Infos    |    Dernière mise à jour:  Vendredi 09 octobre 2015