Championnat de France Elite 1/8 Buggy
2006 - manche 1 à Pierrefeu du Var:

(Reportage: Karl Jaeger / Copyrights © rcinfos - adaptaweb)

Note: toutes les photos peuvent être agrandies par un simple clic.

Comme chaque année, il aura fallu patienter quelques longs mois d’un hiver rigoureux pour voir à nouveau se confronter toutes les forces en présence du tout terrain Français. Un événement qui se déroulera à l’occasion de la fameuse reprise tant attendue du championnat de France A, rebaptisé par les instances fédérales pour 2006, championnat Elite. Il faudra se rendre dans les collines Varoises pour retrouver les meilleurs représentants multi marques déjà en pleine effervescence, alors que cette saison s’annonce d’ores et déjà des plus animée en raison du doublé championnat d’Europe et du Monde à venir d’ici quelques mois.

Le magnifique circuit de Pierrefeu du Var, pour l’heure remixé par le travail de ses dirigeants, se chargera de jouer les arbitres afin de départager de la manière la plus équitable qui soit un plateau à faire pâlir de jalousie bien des catégories en perdition. Damien Mériot et Yannick Aigoin n’ont en tous cas pas raté l’événement puisqu’ils s’adjugent les victoires respectives des deux catégories 4x2 et 4x4.

Ambiance:

Comme toujours pour le redémarrage, et dans cette catégorie, la fête battra son plein, avec 84 engagés en 4x4 et 38 participants recensés en 4x2. Les conditions météo s’avèreront tout a fait favorables durant les trois jours de course, en comptant les essais libres, avec un thermomètre qui grimpera allégrement autour des 20 degrés.

La piste de Pierrefeu propose un tracé sélectif et très rapide, et des conditions d’adhérence changeantes dans le temps, qui impliquent de savoir modifier les réglages de châssis en temps voulu. On passera ici du glissant au presque adhérent au fur et à mesure des manches et des remontées. Les gros moteurs sont en tous cas recommandés. Particulièrement vorace en consommation, la piste en laissera en revanche quelques uns sur le carreau en ce qui concerne le cap des 7,30 minutes à franchir.

Pierrefeu du Var

Toujours égal à lui même, le circuit de Pierrefeu du Var offrira dans un premier temps une glisse de tous les instants, puis regagnera ensuite en adhérence jusqu’aux finales. Deux jours ensoleillés viendront ponctuer la rencontre.

L’organisation saura se montrer à la hauteur d’un tel événement, et répondre aux attentes des pilotes, malgré les nombreux problèmes de tolérance impliqués à propos des dimensions des autos, et les disqualifications qui s’en suivront.

Les nouveautés à emporter:

Le moins que l’on puisse dire ici, c’est que les journalistes en ont pour leur compte après deux bonnes journées à prospecter les nouveautés dévoilées par les importateurs impliqués dans la discipline.

On commence avec T2M, qui nous a déballé un container tout entier de pièces inédites fabriquées à l’attention de son nouveau fer de lance, j’ai nommé l’X1-CR Pro. Des fusées en ergal apparaissent pour équiper le train avant. Elles s’accompagnent de cales de pincement issues du même matériau, dont les inclinaisons exprimées selon une numérotation apparente gravée sur chaque pièce peuvent faire passer l’angle des roues à l’arrière de 2,5 à 3,5 degrés. Cette auto peut aussi recevoir trois duretés alternatives de ressorts de suspension, allant des jaunes les plus soft, aux bleus les plus durs, en passant par les rouges intermédiaires. Ces modèles se distinguent par leur pas des spires égal sur toute leur longueur, pour apporter de la progressivité à revendre dans les phases de détente. En marge de cela, nous aurons également loisir de découvrir de nouveaux pneus diffusés par l’importateur, dont la marque ne nous est pas inconnue, puisqu’il s’agit de "GQ". La célèbre firme dont la réputation dans le domaine de la piste n’est plus à faire, a décidé de s’inviter au tour de table du tout terrain. Un seul profil était pour l’instant présenté. Il répond au nom de "Hammer", et ses motifs se présentent comme un mix de Jolly et de Crimefighter, pour résumer succinctement. Sinon, la "Big" nouveauté était bien entendu suggérée ici par le lancement officiel du nouveau Pirate RS3, avec Jérôme Aigoin aux commandes en tant que pilote numéro un. Par rapport aux voitures déjà vues à Nuremberg, notamment, on note qu’un couvercle de boîte radio vient se substituer à celui en plastique découvert précédemment. De même, un renfort en aluminium vient prendre place de part et d’autre de la cellule avant et de la plaque radio en carbone. La différence sur l’auto de Jérôme Aigoin, se situe au niveau des supports amortisseurs avant et arrière. Ces derniers sont pour l’instant des modèles prototypes qui ont été modifiés, et dont Ho Bao, le fabriquant, devrait sortir prochainement des versions définitives. Les ancrages ont été modifiés dans l’optique de s’approprier les amortisseurs rallongés de l’ancien RS2. De quoi donner des débattements de gazelle à l’engin ! Achevons le tour d’horizon chez T2M en signalant le transfuge de Mickael Villa, ex pilote Pirate RS2 l’an passé, sur un X1 CR Pro au côté de Jérôme Sartel.

X1 CR Pro

Toutes les options distribuées ar T2M sont de mise à bord de l’X1 CR Pro de Jérôme Sartel. On aperçoit ici les ressorts rouges mediums, le support avant plus épais et les cardans homocinétiques allégés.

X1 CR Pro

Sartel a monté encore plus puissant au niveau de la direction. Le servo Futaba S 9351 remplace le S 9350 sur son auto. Il fournit 3 kilos de couple supplémentaire, soit 13,5 kilos !

X1 CR Pro

L’ X1-CR Pro de Jérôme Sartel recevait des chapes de tirants supérieurs arrière remodelées, qui dégagent totalement le passage de la jante pour ne pas affecter la roue libre

X1 CR Pro

Les garnitures des plaquettes de frein se sont épaissies sur l’auto de Sartel. Il s’agit d’une des dernières options en date, émise pour l’X1-CR Pro

X1 CR Pro

T2M nous a également présenté une gamme de ressorts de suspension étalée sur trois duretés, qui s’adresse en priorité à l’X1-CR Pro

X1 CR Pro

Ces cales en ergal pourront venir compléter le réglage de pincement arrière des X1-CR Pro. Trois valeurs d’angles différents allant de 2,5 à 3,5 degrés sont disponibles.

X1 CR Pro

L’X1- CR Pro peut recevoir dès à présent ces nouvelles fusées avant en ergal.

X1 CR Pro

Nouvel embrayage « type G » chez T2M pouvant être monté à sa guise sur le nouvel X1- CR Pro où sur le Pirate RS3. Les masselottes, au nombre de trois, ne sont plus ici retenues par les axes du volant moteur.

Pirate RS3 - Hyper 8

De nouveaux supports amortisseurs proto seront remarqués sur le Pirate RS3 de Jérôme Aigoin.

Ici l'avant.

Pirate RS3 - Hyper 8

Et là l'arrière.

Ils permettent d’utiliser les amortisseurs les plus longs du RS2 pour encore gagner en débattement.

Pirate RS3 - Hyper 8

Le boîtier radio du Pirate RS3 hérite d’un nouveau capot de fermeture en aluminium.

Pirate RS3 - Hyper 8

La cellule avant du Pirate RS3 de J.Aigoin comportait ce renfort en aluminium poli.

Pirate RS3 - Hyper 8

Le RS3 de Jérôme Aigoin étrennait aussi cette barre anti-roulis arrière de 3 mm au dessin très particulier.

Pirate RS3 - Hyper 8

Le châssis du Pirate RS3 concentre une nouvelle répartition des masses décalée vers l’arrière.

Pirate RS3 - Hyper 8

Jérôme Aigoin a rajouté une épaisseur de cale d’anti-cabrage pour porter l’angle à 6 degrés.

Chez GS, il faudra tout d’abord noter le retour officiel de Sébastien Léonard en compétition, qui devrait disputer l’intégralité du CF. Le Storm CL-1 Pro de Nicolas Rodriguez comportait pour sa part de nouvelles options encore jamais vues à ce jour. Tout d’abord, des fixations en aluminium voient le jour au niveau de l’aileron. Ensuite des supports amortisseurs conçus par GS, beaucoup plus épais, ont été mis en place aussi bien à l’avant qu’à l’arrière. Ils observent des parties détourées à la façon Fioroni, mais conservent le coloris d’origine. Le Storm innove surtout en recevant des noix de sortie de différentiel creuses qui occasionnent un gain de poids sur les masses en mouvement. Les ingénieurs Taiwanais ont également dessiné un support moteur monobloc ventilé de toute beauté qui présente l’avantage de ne pas prendre un gramme par rapport au système de base par cales séparées. Enfin, Nicolas Rodriguez nous présentera les tout nouveaux différentiels à glissement limité que vient de sortir la firme Italienne BBF pour cette auto : des modèles de compacité !

Storm CL-1

Le Storm CL-1 de Nicolas Rodriguez comportait également des supports amortisseurs retouchés d’origine GS.

Storm CL-1

New support amortisseurs avant GS plus épais sur le Storm de Rodriguez.

Storm CL-1

Ces nouvelles attaches en aluminium étaient remarquées sur l’auto de Rodriguez.

Storm CL-1

New filtre à air « Air Twister » chez GS.

Storm CL-1

GS propose ces noix de cardans partiellement évidées pour le Storm CL-1 Pro.

Storm CL-1

Encore une new GS, avec ce nouveau berceau moteur monobloc aperçu sur la voiture de Nicolas Rodriguez.

Mugen n’était pas en reste lui aussi, et propose d’améliorer le freinage du MBX5 en recourant à la nouvelle gamme d’option Mod. Des disques très épais en acier pourront venir se substituer aux modèles originaux. Ils présentent une ventilation accrûe par des fraisages en tous genres. En parallèle, l’importateur DJTS distribue aussi une platine de renfort de cellule avant en aluminium de bonne facture, ainsi qu’une platine du même type comportant un discret ajourage qui se destine à la liaison des paliers de la transmission centrale. La nouveauté notoire se situe chez Mugen au niveau de la suspension, qui voit débarquer des ressorts à spires dilatées et plus courts, employés sur cette course avec succès par Guillaume Vray. Les triangles de l’auto bénéficient d’autre part d’un restyling du moule de base, avec des renforts mieux structurés qui viennent embellir les bars inférieurs. Les MBX5 évoluaient sinon dans une configuration toute proche de celle déjà connue ces derniers temps. Seule l’auto de Renaud Savoya comportait une variante sur son auto, avec une cale de pincement in board ramenant l’angle à 1,5 degrés seulement à l’arrière, pour obtenir une voiture qui récupère de l’efficacité en courbe sur le train avant.

Mugen MBX5

Voici les derniers disques de frein que propose DJTS pour le Mugen MBX5 en option. Superbes, n’est-ce pas ?

Mugen MBX5

Le MBX5 pourra recevoir cette nouvelle platine en ergal pour renforcer la liaison des axes du save servo et de son renvoi.

Mugen MBX5

Les options "Mod" importées par DJTS prévoient aussi ce support de paliers centraux pour équiper les MBX5.

Mugen MBX5

Des triangles inférieurs hautement renforcés nous ont été présentés par l’importateur DJTS pour le Mugen MBX5.

R&B

A l’instar de la majorité des pilotes officiels du même fournisseur, la voiture de Guillaume Vray était équipé de la version « BB » du RB C5

Mugen MBX5

Le champion du monde en titre conserve des servos Futaba sur son installation radio

Mugen MBX5

La suspension arrière du Mugen champion du Monde en titre reçoit également les dernier ressorts à spires centrales dilatées. Les modèles durs seront de mise à l’arrière, avec une inclinaison couchée retenu ici, compte tenu de la glisse du circuit

Chez X-Ray, les XB8 récupèrent une dernière recrue en la personne de Michel Farina. Ce dernier est équipé du moteur RB C5 BB comme Yannick Aigoin. Tout le team est équipé d’XB8 TQ comportant des triangles rallongés et des fusées avant en aluminium. Pour accompagner ces modifications, du reste, les noix du différentiel avant sont plus longues qu’auparavant. Les platines radio d’origine sont en aluminium, et comportent des évidements à outrance. Des rondelles suppriment désormais le risque de déchapage des tirant de direction à l’avant, et les inserts de châsse logés du côté des triangles inférieurs avant passent du format XL au XXL pour une fixation renforcée qui vaudra de conserver à présent un réglage constant, là où les anciennes pièces avaient tendance à tourner. L’importateur RB vient sinon de s’approprier récemment la distribution des pneus GRP. Ceux-ci reviennent avec une gomme granitée qui offre une adhérence rehaussée d’un ton, tout en proposant une usure moindre dès lors que le pneu arrive à moitié de crampons. La gamme de pneus Proline voit quant à elle débarquer une mousse beaucoup plus dense, qui rappelle étrangement la orange de chez GRP. RB qui est également associé à la distribution des moteurs Serpent nous a fait part en supplément des affectations qui visent le ZX 21. Son carter reçoit une culasse qui a gagné au passage quelques millimètres, pour une ventilation plus efficace. Un échappement qui procure une vitesse de pointe plus élevée vient se joindre en guise d’accompagnement.

R&B

Yannick Aigoin, comme Michel Farina, roulaient en compagnie du moteur RB C5 BB.

Xray XB8TQ

Les XB8 les plus performants laissaient entrevoir les ressorts les plus soft sur leurs essieux.

Xray XB8TQ

Les noix de cardans avant ont été rallongées sur les XB8, de façon à empêcher les boules des cardans de sortir des logements sur un gros choc.

Xray XB8TQ

Les fusées en aluminium remplacent les modèles en nylon des premières génération d’XB8. Elles sont maintenant pourvues de rondelles anti-déchapage.

Xray XB8TQ

Les XB8 TQ comportent une multitude de platines ajourées en aluminium teinté.

Xray XB8TQ

L’une des dernières pièces très en vogue sur l’XB8 relève de ces inserts de châsse modifiés. Ils ont grossi en diamètre de façon à ne plus pouvoir tourner en roulant, car la vis de bloquage veille à présent au grain.

La marque Kyosho semblait camper de son côté sur ses positions. Elle conserve Stéphane Deroch et Julien Lattanzio en défenseur de premier choix. Des plaquettes de frein garnies d’un Ferrodo très épais et un tirant avant rajeuni par un look plus moderne constituait les seules actualités des MP777 SP2, ou SP1 convertis en SP2 par l’adoption du kit de conversion du fabricant Japonais.

Sirio Evo 2 "STI"

Les officiels comme Stéphane Deroch disposaient du dernier moteur Sirio Evo 2 "STI" faisant allusion à la Subaru Impreza WRC. Notons que la culasse a gagné ici quelques ailettes supplémentaires.

Kyosho MP777 SP2

Kyosho vient d’éditer ce tirant en aluminium hyper léger et au look rajeuni que l’on pourra apercevoir sur la voiture de Stéphane Deroch.

Kyosho MP777 SP2

Le MP777 SP2 de Stéphane Deroch avait équipé ses amortisseurs des nouveaux ressorts Mugen à diamètre variable. La dureté la plus ferme était retenue à l’avant. Relevez du coup la pré contrainte plus importante de l’ordre d’un centimètre qui accompagne l’adaptation.

Kyosho MP777 SP2

Nouvelles plaquettes de frein Ferrodo Kyosho, pour l’MP777 SP2.

Crono restait représenté par une poignée d’adeptes fédérés sous la houlette de l’importateur Recab. Les RS 03 observent l’arrivée d’une nouvelle carrosserie plus enveloppante et peuvent à présent monter des différentiels BBF sur toute la transmission, dont Recab assure la distribution.

Le Crono RS 03

Le Crono RS 03 comporte les supports amortisseurs de type gruyère utilisés par Davide Tortorici.

Le Crono RS 03

Radiosistemi propose un set de ressorts de quatre nouvelles duretés pour les TT 1/8e.

Le Crono RS 03

Les mousses de filtre à air cannelées refont leur apparition chez Recab.

Le Crono RS 03

La carrosserie du Crono RS 03 a été retouchée et adopte des formes plus harmonieuses.

Enfin pour terminer, pas d’évolutions notoires du côté des EB4 S3 qui adoptent en majorité le nouveau châssis dépourvu du renfort/caisson central.

Les qualifications:

En catégorie 4x2, Stéphane Matéo et son Crono à transmission par chaîne datant de plus de dix ans va surprendre tous les intervenants dès la première série. Il fixe le score à battre en 9 tours 5.17.23, et devance ainsi, et c’est une autre surprise de taille, le prototype traction de Sébastien Philippe, que l’on retrouve tout juste logé à une seconde à peine du temps de référence, en 9 tours 5.18.19. Les prétendants directs à emboîter le pas se distinguent en les personnes de Damien Mériot, avec le Dragon des productions Aubry/DCM, puis de François Nironi, avec son proto I-Force. En quatrième position, Daniel Maigrot et Eric Faux se situent dans un intervalle de moins de trois secondes, juste devant Florian Chauve. La deuxième série permet d’y voir encore plus clair. C’est cette fois au tour de Damien Meriot de se positionner en leader incontesté de la manche. Dans le peloton des hommes en forme de ce second round, nous trouvons juste derrière, logé en embuscade, l’EB4 S3 de Stéphane Marion, qui a réussi à faire la pige au traction de Sébastien Philippe, puis le Mad RM2 emmené par Olivier Devise, qui refait surface après une première manche au cours de laquelle il sera soumis à un abandon. Il sera suivi par David Vinson, l’homme qui a vu les envahisseurs, qui évolue également sur un Mad RM2. La dernière batterie de qualifs sera à nouveau profitable au Dragon de Damien Mériot. Stéphane Matéo lui colle aux talons en compagnie de Stéphane Marion. Frederic Mathieu et Eric Bellati joueront quant à eux les revenants pour s’emparer des 4e et 5e places.

Mais à l’addition des points, la pole position revient à Damien Meriot pour un cheveu d’avance sur le Crono de Stéphane Matéo. Sébastien Philippe et son traction rentrent en trois sur la grille, avec à leur côté Marion et Devise. Dans l’ordre suivront les autos de Kevin Olivier et de François Nironi, alors que c’est finalement Franck Fanen et un autre Mad qui obtiennent la dernière place pour les demi finales.

En catégorie 4x4, Jérôme Aigoin ouvre le bal avec son Pirate RS3 en établissant un onze tours en 5.26.81 qui le situe d’entrée de jeu un ton au dessus de Renaud Savoya sur Mugen MBX5 Prospec et de Julien Lattanzio sur MP777 SP2. Un nombre retreint de pilotes est parvenu à franchir la barre des onze tours en question. Aux portes de celle-ci se présente néanmoins un Jérôme Ezazian visiblement revenu à son meilleur niveau, pourchassé par les deux XB8 affûtés d’Erwann Legros et de Michel Farina. Nicolas Reynaud et Jérôme Sartel font partie des pilotes à avoir réussi à prendre le train en marche au cours de ce premier round. Tout le monde ne peut pas en dire autant, à l’instar de Yannick Aigoin, dont les mécaniciens ont oublié de lui faire le ravitaillement avant le décompte des tours lancés. Résultat : un calage qui le met hors course pour cette fois. Dans la deuxième manche cependant, le même Yannick Aigoin va mettre un point d’honneur à refaire parler de lui. Il s’empare cette fois du meilleur chrono de la séance en établissant un onze tours en 5.22.19 qui lui permet de reprendre l’avantage sur le Pirate RS3 de son frère Jérôme. Erwann Legros tient bon la cadence des leaders et parvient à accrocher le troisième temps devant Julien Lattanzio, une fois encore le plus rapide de la Kyosho team. Un pue plus loin, Jérôme Sartel n’apparaît qu’en cinquième position avec son X1 CR. Il a néanmoins réussi à dompter l’XB8 de Michel Farina et le Storm CL-1 de Nicolas Rodriguez. En dernier ressort, Yannick Aigoin réussit à nouveau à placer son XB8 TQ aux premières loges, mais sans toutefois parvenir à exploser son record de tout à l’heure. Cette dernière manche observe une belle remontée réalisée par Guillaume Vray, qui prend l’avantage sur son compagnon de team, Renaud Savoya. Jérôme Couchon et Jean-Marc Lacheze, sur l’EB4 S3, reviennent aussi dans le sillage des postulants à la demie.

Après l’addition des points, Yannick Aigoin rassemble 178 points contre 176 pour son frère Jérôme. Il partira donc en pole position. Guillaume Vray réalise la bonne affaire de la fin de parcours puisqu’il est parvenu mine de rien à évincer Renaud Savoya de la troisième place. Erwann Legros et Julien Lattanzio ont consolidé leur position, tandis que Sébastien Léonard s’en tire in extremis pour la demie directe, avec une quatorzième place acquise de justesse.

La finale 4x2:

La finale se déroule sur trente minutes, et voit d’emblée le Crono Expert de Stéphane Matéo s’échapper en compagnie du Dragon de Damien Meriot. Les deux hommes creusent rapidement le trou sur la meute des poursuivants, mais ont néanmoins un peu plus de mal à semer le Mad de Kevin Olivier et le Twist de Frederic Mathieu, qui paraissent seuls en mesure de ne pas vouloir concéder trop de terrain en ce début de course. De son côté, Stéphane Marion a complètement loupé son départ. Il se retrouve bloqué sous la chèvre du comptage en voyant tous ses petits camarades lui filer sous le nez. Il repart avec un retard déjà conséquent de l’ordre d’un bon demi tour, en à peine moins de trois minutes. Un peu plus loin, un second peloton formé du Storm CL-1 de Yann Geffroy et du traction de Sébastien Philippe est déjà en train de réaliser des arbitrages lui aussi. Le propulsion tente de résister, mais curieusement, le traction semble plus en mesure de lui reprendre du terrain, avantagé il est vrai par un circuit dont l’adhérence ne cesse de se bonifier au fil des tours.

Quoiqu’il en soit, au commandement, le Crono de Stéphane Matéo paraît toujours dominer la situation, bien que Damien Meriot ne le lâche pas d’une seule semelle et se paye même le luxe de dépasser de temps à autre le leader. Mais il faut surveiller Kevin Olivier, qui remonte comme un boulet de canon, et qui parvient à se frayer une place en troisième position derrière le Dragon de Meriot et le Twist de Frederic Mathieu. Olivier et son Mad sont à surveiller de près car leur stratégie de course va consister à faire un ravitaillement de moins que tous les autres concurrents. Il est à noter que pas encore un seul pilote n’a abandonné, et les neuf voitures de tête se trouvent dans un écart des plus réduit alors que l’on s’apprête maintenant à dépasser la mi course. Tout le monde se trouve dans le même tour. A la vingt troisième minute de course, le Storm de Yann Geffroy parvient enfin à dépasser le traction de Sébastien Philippe. Pendant ce temps, l’EB4 S3 de Stéphane Marion est revenu sur la meute, et pointe maintenant en cinquième place, mais doit encore se débarrasser du Twist d’Eric Faux pour tenter le podium. Le dernier ravitaillement va se révéler fatal pour Matéo, qui rentre au même moment que Damien Meriot pour faire son plein. Le Crono fait une petite faute en sortie de la zone, et permet à son rival de lui voler le numéro un. Les positions n’évolueront plus jusqu’à l’arrivée. Grosse surprise cependant lors de la traditionnelle séance de contrôles techniques qui s’en suit. Les deux voitures d’Olivier et de Matéo sont refusées dans la boîte de contrôle, en raison d’une largeur non règlementaire. Après un long moment d’attente, le verdict tombe, et les deux hommes seront disqualifiés, faisant par la même occasion remonter dans le classement Frederic Mathieu et Eric Faux aux deuxièmes et troisièmes places, et Stéphane Lavigne qui avait échoué en demie, à la dixième position.

La finale 4x4:

Le pole man Yannick Aigoin prend la tête de la course dès la corde du premier virage, et distance d’à peine moins de deux secondes le Pirate RS3 de son frère Jérôme. Le MBX5 du champion du monde en titre Guillaume Vray a lui aussi bondi sur la grille, et tente déjà de grignoter du terrain en prenant des risques sur la double bosse. Il précède en ce début de course l’autre Mugen de Jérôme Ezazian, puis le MP777 de Julien Lattanzio. Certains font le ménage en arrière plan, à l’image de Nicolas Rodriguez, qui n’a déjà fait qu’une bouchée de Nicolas Reynaud. En revanche, les premiers tours de roues ont été un peu laborieux pour Sébastien Léonard et Jérôme Couchon, que nous retrouvons pour l’instant placés en queue de peloton. La finale se déroule sur 45 minutes. D’où là aussi, l’importance capitale de l’autonomie maxi admissible par chacun, car un où deux arrêts de plus dans la zone des stands vont forcément se solder par des pertes irrattrapables à un tel niveau. On observe à ce titre que Jérôme Aigoin figure justement parmi les premiers à devoir s’arrêter aux alentours de 6 minutes, alors que son frère, de son côté, franchit la barre des 7,30. Un nouveau pointage nous donne toujours cependant Yannick Aigoin placé en première position, suivi par Jérôme Aigoin, puis par l’XB8 de Michel Farina et par le MBX5 de Jérôme Ezazian. Alors que les deux leaders ne commettent pas la moindre erreur, Farina, Ezazian et Guillaume Vray profitent quant à eux des petites maladresses de parcours réciproques, commises tour à tour, pour faire le spectacle, d’autant que le MP777 de Julien Lattanzio vient également se joindre aux débats.

Au fur et à mesure que le sablier du temps s’écoule, Jérôme Ezazian tire profit de sa meilleur régularité pour remonter sur Michel Farina. Il porte une attaque qui va se révéler payante au freinage de la ligne droite, et dépasse son adversaire, alors que Julien Lattanzio vient entre temps d’en faire de même avec Guillaume Vray. Seul Yannick Aigoin, sur un petit nuage, est cependant à un tour de plus que la concurrence. L’XB8 jaune orangé s’est maintenant détaché, vous l’aurez compris, et l’on ne voit pas qui pourrait maintenant le remonter, à moins d’un incident. C’est en réalité la deuxième position qui est la plus convoitée, car Michel Farina, visiblement encore plus à l’aise depuis la mi temps, tente de faire le forcing pour remonter sur le Pirate qui lui barre la route. Plus facile à dire qu’à faire quand même, car une dizaine de secondes séparent les deux hommes. Vers la fin de course, Yannick Aigoin impérial, réussit à engranger un deuxième tour d’avance sur un peloton maintenant décomposé. Les explications ont toutefois lieu, et Jérôme Ezazian va en faire les frais puisqu’il perd définitivement la troisième place pour laquelle il semblait postuler, lors de dépassements infructueux avec les attardés. Le plus beau match d’arrivée se joue en fait entre les deux Mugen de Jérôme Ezazian, justement, et de Guillaume Vray, et le Kyosho de Julien Lattanzio, qui au prix d’une attaque de folie, revient dans le sillage du champion du Monde. Une seconde chacune sépare les trois hommes. Aussi la guerre des nerfs est engagée ! Les pilotes ne lâcheront rien malgré tout, et le trio de tête termine dans cet ordre, avec Yannick Aigoin à la première place devant Jérôme Aigoin et Michel Farina.

Podium 4x2 CF 1/8 Buggy

Podium 4x2 : Victoire de Damien Mériot devant Frédéric Mathieu et Eric Faux.

Podium 4x4 CF 1/8 Buggy

Podium 4x4 : Victoire de Yannick Aigoin devant Jérôme Aigoin et Michel Farina.

 

Yannick Aigoin
Xray XB8 TQ
Guillaume Vray
Mugen MBX5
Jérôme Sartel
X1CR Pro
X1CR Pro
Jérôme Aigoin
Hyper 8
1/8 Off Road French Championship
1/8 Off Road French Championship
1/8 Off Road French Championship
1/8 Off Road French Championship
1/8 Off Road French Championship
1/8 Off Road French Championship
1/8 Off Road French Championship
1/8 Off Road French Championship
GS Storm CL1
GS Storm CL1
GS Storm CL1
GS Storm CL1
1/8 Off Road French Championship
1/8 Off Road French Championship
1/8 Off Road French Championship
1/8 Off Road French Championship
1/8 Off Road French Championship
1/8 Off Road French Championship
1/8 Off Road French Championship
1/8 Off Road French Championship
1/8 Off Road French Championship
1/8 Off Road French Championship
1/8 Off Road French Championship
1/8 Off Road French Championship
1/8 Off Road French Championship
1/8 Off Road French Championship
1/8 Off Road French Championship
1/8 Off Road French Championship
1/8 Off Road French Championship
1/8 Off Road French Championship
1/8 Off Road French Championship
1/8 Off Road French Championship
1/8 Off Road French Championship
1/8 Off Road French Championship
1/8 Off Road French Championship
1/8 Off Road French Championship
1/8 Off Road French Championship
1/8 Off Road French Championship
1/8 Off Road French Championship
1/8 Off Road French Championship
1/8 Off Road French Championship
1/8 Off Road French Championship
1/8 Off Road French Championship
1/8 Off Road French Championship
1/8 Off Road French Championship
1/8 Off Road French Championship
1/8 Off Road French Championship
1/8 Off Road French Championship
1/8 Off Road French Championship
1/8 Off Road French Championship
1/8 Off Road French Championship
1/8 Off Road French Championship
1/8 Off Road French Championship
1/8 Off Road French Championship
1/8 Off Road French Championship
1/8 Off Road French Championship
1/8 Off Road French Championship
1/8 Off Road French Championship
1/8 Off Road French Championship
1/8 Off Road French Championship
1/8 Off Road French Championship
Championnat de France A "Elite" - Pierrefeu du Var - Catégorie 4x2:
Rang Pilote Châssis Moteur Sponsors
1 Damien Meriot Dragon OS V-Spec Meccamo, DLD Racing, DCM Precision, Aubry Modelisme, Papa, Mad Racing
2 Frederic Mathieu Twist Omega DLD Racing, Meccamo
3 Eric Faux Twist OS VZ Verdun modélisme
4 Stéphane Marion Thunder Tiger EB4 S3 OS V-Spec Medial Pro, MRC, Meccamo, Sud ouest modélisme, Mad Racing
5 Yann Geoffroy GS Storm CL-1 GS-21 Medial Pro, Hitec, Labema
6 Sébastien Philippe Traction Proto OS V-Spec Babby Toys
7 Franck Fanen Mad RM2 RB S5 Top Options
8 David Vinson Mad RM2 RB S5 Mad Racing, Modélisme Passion Montélimar, Papa
9 Stéphane Lavigne Twist GS-21 Racing cars 63, Medial Pro, Climelec, Starter Modélisme
10 Patrick Bié Xray XB8 RB S7 N.C.
 
Championnat de France A "Elite" - Pierrefeu du Var - Catégorie 4x4:
Rang Pilote Châssis Moteur Sponsors
1 Yannick Aigoin Xray XB8 TQ RB C5 BB RB Products, GRP, Ko Propo, Hudy
2 Jérôme Aigoin Pirate RS3 Picco P7-R Evo 2 T2M, Picco, Meccamo, Ellegi, Hudy, Promodel, Avio et Tiger
3 Michel Farina Xray XB8 TQ RB C5 BB Farina Modélisme, RB, Proline, X-Ray, Avio et Tiger
4 Jérôme Ezazian Mugen MBX5 Prospec RB S7 World 3X DJTS, RB, Meccamo, Papa, Kalaris Connexion
5 Guillaume Vray Mugen MBX5 Prospec RB C5 BB DJTS, Mugen, RB, GRP, Fioroni, Universal Hobbies, GVP, Avio et Tiger, Akka technologie
6 Julein Lattanzio Kyosho MP777 SP2 JP Racing B5 FDL, Kyosho, JP Racing, Ultimate Racing, RB
7 Nivolas Rodriguez GS Storm CL-1 Pro JP Racing B5 Winners modélisme, Medial Pro, GS, Fioroni, GRP, JP Racing, Meccamo, SV Paint
8 Nicolas Reynaud Xray XB8 TQ RB C5 BB Winners Modélisme, Meccamo, RB
9 Sébastien Léonard GS Storm CL-1 Pro GS-21 PBX Medial Pro, GS, Fioroni
10 Jérôme Couchon Mugen MBX5 Prospec RB C5 BB DJTS, RB, Panther, Meccamo, Winners, Mid, Top Options

Partenaires de RC Infos:

Retour en haut de page    |    Retour à la page précédente

Charte d'utilisation    |    Contact    |    RCi sur Twitter    |    RCi sur Facebook

Copyrights © :   AdaptaWeb  /  RC Infos    |    Dernière mise à jour:  Vendredi 09 octobre 2015