Championnat de France 2006
1/10 Touring EP 2006 manche 1 à Rumilly:

(Reportage: Fabien Valantin / Copyrights © rcinfos - adaptaweb)

Note: toutes les photos peuvent être agrandies par un simple clic.

La piste et l'organisation:

Organisation plus que correct, avec la présence de G. Roch au comptage venu en aide pour leur première manche de championnat de France électrique, qui j’espère sera suivi par beaucoup d’autre. Un seul vrai bémol, le buvette, avec des prix pas tout à fait en rapport avec la logique des choses, même si l’accueil était chaleureux (et dieu sait qu’on en a eu besoin lors de ce week-end de course) et que la qualité était irréprochable, un point je pense à reprendre pour les courses prochaines. Sachant que CF se déroulait en "indoor", la météo extérieur avait une incidence limité, mais réelle, puisque la salle dans laquelle se trouvait la dite piste agit comme un "frigo", la température était par conséquent plus fraiche dedans que dehors. Vendredi et samedi, pluie et assez froid, pas mal d’humidité dans la salle, et froid omniprésent dedans comme dehors. Dimanche, le printemps arrive enfin, mais seulement en fin de matinée, on a pu enfin sortir les t-shirts et ranger les manteaux.

Championnat de France 1/10 Touring

La superbe piste de Rumilly

Les pilotes présents:

Là aussi, bémol, voir carton rouge, car même si le plateau était somme toute convenable pour une première, l’indiscipline de beaucoup à failli coûter cher à notre catégorie. Dans le règlement FVRC, il est clairement indiqué que les inscriptions doivent être parvenues au club organisateur 15 jours avant la compétition, hors, 15 jours avant la dite course, seulement la moitié du plateau était réuni, par conséquent, le club de Rumilly avait exceptionnellement autorisé les pilotes à s’inscrire jusqu’au 19 mars, décision qui fût plutôt judicieuse. Mais je sais de source sûre que certaines inscriptions sont arrivées la semaine précédent la course, alors messieurs, faites un effort pour le bien de tous. Pour en revenir à la compétition en elle-même, il y avait 40 pilotes classés en Supersport A, 23 en Supersport B et 9 en Sport. Ambiance détendue malgré la fraicheur généralisée, les infos circulaient bien dans les stand notamment en ce qui concernait les produits à utiliser pour traiter les pneus. Par contres sur la piste, ce fut moins propre que par le passé (mais là l’auteur se fie à des souvenirs qui ne sont plus très frais). Dommage donc que G. Roch dût prendre autant de sanction, que se soit en qualif ou en finale et toutes catégories confondues. Sanctions que beaucoup d’intéressés n’ont pas forcement trouvé très justes, mais il est loin d’être d’aisé d’effectuer cette tache et il fallait que quelqu’un fasse le "sale" boulot, et on peut dire qu’il l’a fait avec un souci d’impartialité évident.

La course:

Sport: Olivier Beining réalise le sans faute dans quasi chacune de ses manches de qualification, pour finalement s’adjuger la pôle position avec 0 point. Il est suivi, mais d’assez loin, par Florian Feuiltaine avec 6 points. Pour compléter ce trio de tête, Edouard Bonnard fini troisième avec 7 points, soit seulement 1 point d’écart avec Florian, comme quoi même en sport, la lutte fut chaude ! Lors des finales, Olivier Beining fit cavalier seul, il sut très bien profiter de sa pôle position, par contre, ses deux poursuivants direct en qualification ont eu plus de misère à s’en sortir, Florian par exemple ne finissant que 6ème et Edouard 4ème. A ce petit jeu des chaises musicales, c’est le jeune pilote originaire de Rumilly qui s’octroie la deuxième place, en étant parti cinquième, suivi par Samy Bouterfas, parti lui de la quatrième place.

Supersport B: La aussi, le "RDX boy" Fabien Valantin s’adjuge la pole avec 0 point. Il est suivi par Vincent Cavard (4 points) qui lutta comme un beau diable avec Gregory Monchy (3ème place, avec 6 points), les 2 pilotes nous gratifiant de très jolies passes d’armes durant leur qualification puisque évoluant dans le même groupe, un spectacle qui enchanta les spectateurs présents, à n’en pas douter. En finale, nous avons droit là aussi à un cavalier solitaire de la part de Fabien Valantin. Par contre derrière on sert les rangs et Vincent n’arrive pas à utiliser son avantage sur la grille pour faire la différence et fini malheureusement. Celui qui prend sa place de second au général n’est autre que Gregory. Le podium est complété par Eric Saurou, bien revenu de sa quatrième place.

Supersport A: Attention, gros calibres présents. La lutte fût plus que chaude entre Walter Pollet-Villard et Cyril N’Diaye, avec respectivement 0 et 2 point, la pole a été dure à définir, mais bon sang, que c’était joli à voir ! Ensuite, c’est Loic Jasmin qui s’en tire le mieux, et attrape au vol la troisième place avec 6 points. Le destin ne fut encore une fois pas du côté de Walter en finale, car après une première manche loupée de peu et une deuxième parfaite, c’est son moteur qui fait des siennes dans la dernière, mais on continu d’y croire. Par conséquent, cela laisse le champ libre à Cyril qui n’en demandait pas tant. Il remporte cette première manche de championnat de France. Viennent ensuite Loic Jasmin qui a réussi à tirer son épingle du jeu, puis Hugo Ragaut qui a bien géré sa cinquième place de qualification.

Podium Sport

Le podium Sport (17 et 19 tours):

Sébastien Boucher (2ème), Olivier Beining (1er) et Samy Bouterfas (3ème).

Podium Supersport B

Le podium Supersport B (12 tours):

Grégory Monchy (2ème), Fabien Valantin (1er) et Eric Saurou (3ème).

Podium Supersport A

Le podium Supersport A (open):

Loïc Jasmin (2ème), Cyril N'Daye (1er) et Hugo Ragaut (3ème).

Matériel:

Xray: grosse représentation de la marque Xray, que ce soit en FK’04, ‘05 ou T2, et ce, dans toutes les catégories. Par contre aucune version économique à signaler, à savoir le modèle Raycer, dommage, surtout lorsque l’on connaît le rapport qualité/prix de ce modèle. A noter la difficulté de mise au point de beaucoup de pilotes roulant avec le dernier modèle en date, la T2. Peut être dû en partie au choix pléthorique de réglage disponible, ne serait-ce que sur le choix de la (attention pour les puristes) rigidité de l’auto. Par contre, les modèles précédents sont encore très en forme, comme le prouve le n°3 à l’issus des qualif. Promo, E. Bonnard, avec une antique FK’04, ou bien même V. Cavard, second sur la grille de départ Supersport B, avec une FK’05.

Hotbodies: représention assez faible malgré des qualités évidentes, tout comme ses défauts (en priorité, je dirais sa relative fragilité, mais c’est une voiture de course après tout, faut pas taper). Les quelques exemplaires présents sont tous bien préparés, surtout le modèle d’Hugo Ragaut, vraiment magnifique réplique de l’auto d’Atsushi Hara, et qui semblait vraiment marcher fort.

Tamiya: je dirais moins de Tamiya que d’habitude, peut être à cause de la multitude de voitures disponibles chez cette marque, TA05 (version économique) 415, 415 MS et 415 MSX « refine 2 », bref l’embarra du choix, peut être trop, mais à priori, ceux qui ont choisi de faire confiance à la marque aux 2 étoiles ne semblent pas en mesure de le regretter, comme par exemple Aurélien Thréhout, récemment pilote Tamiya et qui nous gratifie d’une très belle quatrième place en qualif.

Yokomo: très peu de Yokomo dans les stands, je n’en ai dénombré que trois très bien préparés et qui semblaient marcher convenablement sur la piste, reste a continuer à la régler, mais à trois, ça ne va pas être évident…

Team Associated: il y en avait presque plus que d’habitude, mais quasi toutes les TC4 FT étaient officielles. Il faut admettre que le travail apporté cet hiver commence à payer, la preuve en est, la très belle dixième place de S. Fender en Supersport A, mais aussi la troisième place en qualifification de G. Monchy en Supersport B. D’un point de vu technique, pas de grosse news, tout ce qui a été vu était annoncé depuis un moment sur le site du fabricant. Concernant la TC3, quelques unes résistent encore, toutes en configuration FT, ce qui prouve, une fois encore, qu’il ne faut pas être crésus pour venir jouer en CF et s’amuser.

Schumacher: peu de voitures dans les stands, et pas toujours au top niveau performance. Chose étrange, c’est la marque championne d’Europe en titre, mais malgré ce titre, elle ne semble pas remporter le succès attendu, dommage, car le nouveau modèle en date, la MI2 EC, dispose de tout ce qu’il faut pour aller vite.

Team Losi: je n’ai vu qu’une seul auto, celle de Rick Ellis, le plus français des pilotes US. Il semble toujours aussi convaincu de la performance de son auto, je lui souhaite d’y arriver, mais ça sera loin d’être aisé. A noter que la firme Team Losi ne semble pas décidée à commercialiser la version aperçue aux USA et en Europe, avec le moteur placé derrière. Autre info, il semblerait que le Team GM ait définitivement abandonné la Losi, au profit d’autres marques, comme Philippe Goettelmann, qui roulait ici avec une Xray T2.

Corally: représentation assez timide de l’auto, mais celles présentes marchent plutôt bien, pour preuve la pole dans les trois catégories. En espérant que cela fasse réfléchir de potentiels acheteurs. D’un point de vu technique, celles qui marchent sont proches de la boîte, mais l’énorme travail effectué dessus cet hiver a fait que c’était la voiture à battre ce week-end.

Much More

Les couvertures chauffantes MuchMore avec station de régulation de température sont dorénavant livrable.

Rodoir pneus

Le rodoir pour les pneus devient quasi indispensable en touring.

Integy

Millenium nous a présenté les nouveaux moteurs Integy.

Corally GP4300

Les accus GP4300 sont désormais livrables, ici les Corally présentés par SMS.

Peak GP4300

Chez Peak, les GP4300 sont également livrables depuis quelques jours.

LRP Vtec 3800

Les 3800 Fat Boy Vtec sont une bonne alternative avec un très bon rapport qualité/ prix.

Corally

Chez Corally encore, les traitements pour pneus sont désormais livrables en stick avec applicateur très pratique.

SMS

SMS nous a également présenté cet appareil servant à mesurer la tension des ressorts.

Electronique: Le concept brushless commence à avoir ses adeptes, le modèle le plus répandu étant l’ensemble Novak, soit en 5.5 soit en 4.5. Le 5.5 étant souvent privilégié pour des raisons de docilité, le 4.5 étant trop « monstrueux », pour ma part, je n’ai pas été convaincu par une quelconque domination de ce concept, la preuve en est, un seul exemplaire en finale A Supertsport A. Autre concept récemment autorisé, le fameux système Sepktrum en 2,4 Ghz, quelques exemplaires visibles dans les stands, mais là aussi la plupart des gens qui vont vite utilise les bons vieux systèmes à quartz, réputés pour leur plus grande vitesse de réaction. Donc toutes ses nouveautés sont certes alléchantes, mais je pense qu’il faut encore attendre un peu. Maintenant, concernant les « vieilles » technologies, beaucoup moins de variateur KO et ses dérivés, peut être que les pilotes en ont eu assez de leur relative fragilité. Le dernier Robitronic (qui a plusieurs mois tout de même), le Icube, commence à faire des adeptes, grâce à ses performances, à sa taille et à la possibilité de le relier à un PC pour analyser ce qu’il s’est passé durant le pack, très pratique ! A ma grande surprise j’ai vu plus de Keyence Rapida Pro que d’habitude, étonnant lorsque l’on connait son prix, mais beaucoup moins lorsque l’on connait ses performances. Sinon aucune vraie nouveauté, tout est connu depuis un petit moment maintenant.

Moteurs: pour aller vite en Promotion, il fallait du Corally, l’exception qui confirme la règle, c’est F. Feuiltaine , qui réalise le deuxième temps avec le 19t Reedy, mais il semble que si l’ont veut être tranquille, le 17T Corally semble idéal. Concernant le match 17/19, je dirais que rien ne remplace le 17T, et ce, à tous les niveaux. En Supersport B, majorité de Corally encore, souvent en version 12*1 grooved, pour le feeling que cela apporte. Un certains nombre de pilotes font encore confiance aux Team Orion V2, là aussi en version 12*1, mais pas toujours avec le rotor de la marque Suisse.

En Supersport A, nous avons le droit à plus diversité, ne serait ce que dans le choix du bobinage. Beaucoup ont commencé avec des 8T, mais devant les problèmes engendrés par leur utilisation, que ce soit à la fois du côté variateur mais aussi et surtout du moteur (beaucoup de moteur explosés tout au long du weekend, toute marques confondues), beaucoup de pilote se sont soit tournés vers des bobinages plus « sage », soit directement vers un ensemble brushless, mais pour revenir à ce que j’ai écris précédemment, cette technologie ne m’a pas paru la plus facile à utiliser pour avoir des performances au top, et on est loin du comportement miraculeux cité sur certains forums.

Accus: A part en Sport, où la seul la liste EFRA 2005 fait foi, tout le monde roulait avec des 4200, même si un certains pilotes, dans l’attente de feedback concernant les GP 4300, roulait en GP 3700 ou IB 3800. D’ailleurs quelques exemplaires de GP 4300 (Peak, et Corally) ont été amenés par les 2 magasins présents. En parlant de trieur, de plus en plus de choses exotiques sont visibles, à l’image de Fusion Power ou même SMC, une bonne chose.

Carrosseries: La aussi, une liste EFRA existe, et elle prévaut pour tout le monde, y comprit pour les sports. Donc le choix se limitait soit à la Stratus 3 ou Mazda 6, la représentation était de l’ordre 50/50.

Pneus: Pas grand-chose à dire, puisque c’est encore imposé (ce qui est d’ailleurs une excellente chose), donc IAS pour tout le monde en sport, et Vtec LRP/Nosram 30R pour les Supersport. Par contre, il y a plus de chose à raconter concernant le traitement: tout le monde avait sa recette, et chacun en était convaincu, CS longtemps ou pas longtemps, chauffé ou pas chauffé, Tire Tweak avec les même subtilités, voir certain produits plus exotiques, beaucoup de choses avaient l’air de marcher, mais beaucoup de choses aussi ne marchait pas…

Conclusion:

Que dire de plus que ce qui a déjà été dit: organisation plus que bien, piste et infrastructure au top, accueil chaleureux, que demander de plus ? Peut être (enfin surement) beaucoup plus de discipline de la part des pilotes, car lorsque l’organisation doit arrêter des essais libres pour cause de podium surpeuplé, il y a un sérieux dilemme… Enfin bref, pour la prochaine, tout le monde aura intérêt à se tenir à carreau, messieurs, la balle est dans votre camp !

 

Championnat de France 1/10 Touring
Championnat de France 1/10 Touring
Championnat de France 1/10 Touring
Championnat de France 1/10 Touring
Championnat de France 1/10 Touring
Championnat de France 1/10 Touring
Championnat de France 1/10 Touring
HB Cyclone
Losi JRXS
Alien Racing
Corally RDX
Corally RDX
Much More
Schumacher Mi2
Xray T2
Xray T2
Xray T2
Tamiya TA05
GM Racing Brushless
Tamiya 415 MSX
Tamiya 415 MSX
Championnat de France Touring
Asso TC3
Asso TC3
Asso TC3
Asso TC4
Asso TC4
Xray FK'04
Xray FK'05
Yokomo BD

Partenaires de RC Infos:

Retour en haut de page    |    Retour à la page précédente

Charte d'utilisation    |    Contact    |    RCi sur Twitter    |    RCi sur Facebook

Copyrights © :   AdaptaWeb  /  RC Infos    |    Dernière mise à jour:  Vendredi 09 octobre 2015