Championnat de France 1/10 Touring

Championnat de France 1/10 Touring
Manche 3 à Aniche:

(Reportage: Fabien Valantin / Copyrights © rcinfos - adaptaweb)

Note: toutes les photos peuvent être agrandies par un simple clic.

Organisation:

Bonne organisation de la part de l’ADALA, il faut dire qu’ils sont rompus à ce genre de manifestation, avec des installations très confortables. Pour l’occasion, le club avait installé les stands des pilotes à l’intérieur même des locaux du club, initiative qui fût très appréciée par l’ensemble des pilotes. Un temps plus que mitigé nous attendait.

La piste :

la piste de l’ADALA est tout aussi exigeante que plaisante. Pour aller vite, il fallait arriver à concilier une voiture vive sur les changements d’appuis, avec une bonne motricité pour la relance et un gros soupçon de stabilité. Si vous arriviez à ce résultat, il ne vous restez plus qu’à piloter. Et piloter, il en était plus que question, car le tracé ne laissait aucun moment de répit. Il faut dire que le mauvais temps du vendredi après midi n’a pas aidé à la recherche de points de repère, ce qui a rendu difficile l’apprentissage de la piste.

Dès l’arrivée des pilotes le vendredi, la pluie avait déjà pris place depuis un bon moment, et aucun test sur piste humide/sèchante voir sèche n’a pu avoir lieu ce jour là. Par contre, le lendemain, la chance était plus de notre côté, puisque les qualifications ont pu se dérouler sur une piste relativement sèche. Le dimanche, le temps était nettement plus agréable et tout le monde a pu rouler dans de bonnes conditions.

Effectifs:

Ce fut la première mauvaise surprise du weekend, avec seulement 63 pilotes présents à cette troisième manche de championnat de France. A cela on peut trouver plusieurs réponses, comme par exemple la promiscuité avec les examens de fin d’année ou le côté très décentré de l’épreuve. Mais cela n’explique pas tout. Le coût deviendrait- il trop important ? C’est peut être une partie de la réponse mais pas seulement. Le modélisme a toujours été une activité onéreuse, que ce soit maintenant ou il y a 10 ans. Il serait bon que les instances dirigeantes ce posent les bonnes questions, et vite.

Ambiance équivalente aux manches précédentes, c'est-à-dire plutôt bonne.

Matériel :

Le nombre d’ Xray dans les stands ne semble toujours pas vouloir baisser. Comme lors des éditions précédentes, on retrouve toujours plusieurs générations de châssis, avec notamment pas mal de FK 05 en promo. La T2 quant à elle semble avoir retrouvé des couleurs, grâce à la présence de deux autos en finale A Supersport A et à la victoire en finale B Supersport A de L. Urbains. Les pilotes ont semble-t- il beaucoup appris lors du GP EFRA qui avait eu lieu 15 jours avant et lors des récents trainings. Un souci persiste, c’est le nombre de possibilités de réglage, liées notamment à leur « Multi-Flex Technology ». Dans les mains de pilotes expérimentés, ce concept peut s’avérer gagnant, mais pour le commun des mortels, cela peut vite se transformer en véritable cauchemar. Quoi qu’il en soit, l’auto est séduisante et l’on comprend facilement pourquoi elle plaît.

Chez HotBodies, plus de châssis que d’habitude, les récentes sorties des versions Surikarn et Hara y sont sûrement pour quelque chose. H. Ragaut, fidèle parmi les fidèles de la marque, disposait de certaines pièces options d’origine asiatique, comme un renfort de cellule arrière anodisé purple, mais plus qu’un long discours, les photos parlent d’elles-mêmes. D’un point de vue représentation, pas énormément d’autos dans les stands. Par contre, un pilote de renom en la personne de J. Carpentier vient grossir les rangs. Maintenant, reste à savoir combien de temps il roulera avec cette auto... Mystère.

Les Tamiya sont toujours aussi en forme. C’est peut être la marque la plus représentée dans les stands, juste devant les Xray. Tout comme pour la HotBodies, deux pilotes sont venus s’ajouter à la déjà longue liste de bons pilotes, à savoir A. Constanty et J. Delalondre, avec à la clef une troisième place sur le podium pour Arnaud. D’un point du vue technique, aucune grosse nouveauté, les pilotes qui vont vite roulent tous en MSX. La voiture de C. N’Daye a fait forte impression lors des finales, donnant l’illusion de gagner avec beaucoup de facilité les 2 premières manches. Visuellement, son auto semblait se freiner beaucoup toute seul, mais sans s’engluer, au contraire, elle effectuait tout ses virages avec beaucoup de fluidité et s’arrachait très vite pour attaquer le virage suivant.

D’un point de vue représentation, Team Associated est presque tout l’inverse des Xray et Tamiya. A part les pilotes du team, peu de pilotes « privés » semblent intéressés par la californienne à cardan. Comme lors des manches précédentes, la meilleure performance viendra de la part d’une TC3 FT, celle d’A. Beauquier. Il a été fait mention dans les stands de la sortie probable d’une auto à courroies chez Asso., rumeur qui a trouvé un écho lors de la Reedy Race qui avait lieu le même weekend mais en Californie... Reste à être patient jusqu’au world pour savoir à quoi s’attendre.

Aucune Schumacher n’a été aperçue dans les stands, la désaffection pour la marque semble totale.

Représentation assez faible de la Corally RDX, mais les pilotes lui faisant confiance n’ont pas eu à le regretter, comme le prouve la victoire de F. Valantin ou la seconde place de C. Clarin en Supersport B. En Supersport A, seul W. Pollet Villard continu à développer l’auto, ses « team mates » préférant changer d’auto avant, voir pendant la course pour pouvoir soit disant attendre dans de meilleures conditions l’arrivée d’une RDX nouvelle génération. En ce qui concerne la technique, le spool en delrin semble se généraliser sur les autos, officielles ou non. C. Clarin utilisait des combinés d’amortisseur Tamiya.

Plusieurs exemplaires de Yokomo MR4 BD étaient visibles dans les stands. Au programme, aucune nouveauté précise mais nettement plus de feedback que lors des précédentes manches, ce qui permet à S. Maigner de placer enfin une « Yok’ » en finale du championnat de France piste électrique. Voilà qui peut redonner confiance quant aux performances avec des pilotes « normaux ». Toutefois, l’auto souffre toujours autant d’un isolement très prononcé, dommage quand on sait ce qu’arrive à en faire certains pilotes asiatiques.

Un représentant de chez FDL (ndlr : salut J-Y !) est venu samedi nous présenter la toute dernière production touring électrique de chez Kyosho. Au programme :

- Une transmission par cardan
- Un ensemble châssis platine en fibre de carbone
- Le pack du côté gauche et l’électronique côté droit

L’ensemble respire la solidité (presque trop), comme par exemple les biellettes à pas inversés en acier qui font un peu « lourdaud », ou les cellules qui font certes indestructibles, mais qui ne respirent pas la finesse. Quelque subtilités font tout de même penser que l’on a à faire à une voiture de compétition, l’utilisation de matériaux nobles ou les possibilités de réglage plutôt bien vues comme le réglage du pincement arrière avec de petits excentriques. Maintenant reste à savoir si FDL va faire l’effort de faire rouler la voiture en CF, et si possible, avec une poignée de bons pilotes.

Aucune Losi JRXS dans les stands, mais ça, on sait tous pourquoi ;) mais l’on pouvait tout de même voir une XXXS en catégorie promo, pilotée par P. Gradelet. On ne vous fera pas l’affront de vous faire une description poussée de l’auto. Toutefois, il peut être important de rappeler que l’on est pas obligé de dépenser des milles et des cents pour venir participer à un championnat de France, et encore plus pour faire vivre les courses de ligue.

Kyosho TF5  
Vue générale de la nouvelle Kyosho TF5
Kyosho TF5  
Le train avant en détail
Kyosho TF5  
Bloc de direction de la Kyosho TF5
Kyosho TF5  
Le train arrière de la Kyosho TF5
Kyosho TF5  
Le magnifique châssis de la Kyosho TF5
Kyosho TF5  
Détail de la transmission de la Kyosho TF5

Au niveau des moteurs, en promo, le Corally 17*2 a plus que la faveur des pilotes, à tel point qu’il n’y a que ça en finale. En Supersport B, un peu plus de diversité. On retrouve dans le désordre du Team Orion, du Corally, du Checkpoint, etc. bobiné en grosse majorité en 12*1. Un moteur Team Br00d sur la base du Checkpoint mais avec la tête plastique était visible. La même diversité en Supersport A mais avec cette fois ci des bobinages nettement plus puissants, néanmoins, les 8*1 et les 7*1 étaient les plus répandus. Quelques brushless dans les stands, mais uniquement des Novak. Les ratios s’échelonnaient entre 5,57 et 6,5 pour les promo, de 6,5 à 7,4 en Supersport B et de 6,8 à 10,2 en Supersport A.

Rien de vraiment nouveau dans les stands au niveau de l'électronique, à part le très attendu et enfin disponible chargeur Spintec, l’ ICC (individual cell charger)! Et oui, après presque 2 ans d’attente et de multiple retard, le voilà. Ce chargeur est plein de subtilités et il serait fastidieux de tout décrire, mais les principales caractéristiques annoncées sont présentes, comme la charge individuelle des éléments et bien entendu leur décharge. Le seul petit problème, c’est le volume que prend ce chargeur sur le stand, mais quand on aime...

Petite nouveauté en terme d’accu, Intellect Batteries a sorti une version « boostée » de ses fameux IB 4200, les SHV. Pour faire simple, c’est la même chose, mais avec plus de tout, plus de tension, plus de capacité. Petite distinction qui a son importance, le label SHV est un autocollant rapporté sur la gaine, donc à priori, pas de souci d’homologation. Aperçu dans les stands, un pack d’ accus IB 4200 trié par Team Br00d (en fait, l’auteur de l’article soupçonne que les éléments sont triés par SMC). A en croire les valeurs indiquées sur les étiquettes, il s’agit d’un trieur très fréquentable.

Une majorité de carrosseries Mazda 6 présente sur les autos, suivit de près par les Stratus 3. On pouvait apercevoir ici ou là des carrosseries plus anciennes, comme des Stratus 2 ou 1, avec des résultats plus qu’honnête en termes de performance.

On ne fera pas un long discours sur les pneus utilisés lors de ce CF, mais plutôt un petit point sur ce que l’on peut faire pour en tirer le maximum. Beaucoup d’écoles s’affrontent, ceux qui traitent, ceux qui chauffent, ceux qui font les 2 à la fois et ceux qui ne font rien. Et bien s’il y a une leçon à retenir, c’est qu’il n’y en a pas. Entre toutes les finesses liées au réglage des autos et les différentes expériences, il est bien difficile d’arriver à compiler quelque chose et c’est à chacun de trouver sa recette en fonction de soi.

Le magasin R/C Bolide de Compiègne était présent sur cette manche de CF avec un stand bien fourni, et sur ce même stand, il était possible le dimanche de suivre le GP de Formule 1 qui avait lieu à Monaco, que du bonheur.

Les qualifications:

Sport: Contrairement aux 2 premières manches, le leadership d’O. Beining a été clairement contesté, puisque le pilote local, F. Queva, avait particulièrement envie de briller sur ses terres. Mais c’est finalement Olivier qui empoche la pole avec 0 point, devant Fabien qui lui, n’arrive pas à faire mieux que 4 points. En troisième position, on retrouve un autre pilote local, J. Blondel avec 7 points. Suivent dans l’ordre F. Feuiltaine, B. Lopez, C. Simon. Les 7 ème et 8 ème places reviennent respectivement D. Charles et J-P Cuk. Pour finir, c’est G. Levert et P. Gradelet qui font 9ème et 10ème.

Supersport B: Là aussi, la pole a été plus difficile à attribuer que les fois précédentes. Le premier pilote à décrocher la pole position est C.Clarin, qu’il réussit à garder jusqu’à la 3ème manche. C’est ensuite F. Valantin qui s’en empare pour ne plus la lâcher jusqu’à la fin, C. Clarin lui récupérant la seconde place. Du coup, ça nous donne F. Valantin avec 0 point, C. Clarin avec 2 points, et c’est S. Varin qui complète le trio de tête. Ensuite viennent J. Grossoeuvre et G. Monchy, 5ème et 6ème. A. Tarantino quant à lui prend la 7ème place et pour conclure E. Saurou 8ème, S. Maigner 9ème et G. Hendrickx 10ème.

Supersport A: Nette domination de la part de C. N’Daye. Il n’a laissé le soin à personne de faire la pole, et ce n’est pas J. Carpentier qui aurait pu le contre dire. A la troisième place, on trouve H. Ragaut qui réalise ici une très belle performance. Vienne ensuite et dans l’ordre : L. Jasmin, M. Rascol, S. Bellity, G. Dannel, A. Constanty, M. Jasmin et pour finir A. Beauquier.

Les Finales:

Sport: Comme en qualif, la lutte fut chaude pour l’obtention de la victoire. F. Queva a tout fait pour mettre la pression sur O. Beining, mais à ce petit jeu, c’est Olivier qui s’en sort le mieux, puisque Fabien commet trop de fautes ce qui profite à l’autre local, J. Blondel. Pour le podium, on retrouve donc O. Bening en 1, J. Blondel en 2 et en 3 F. Queva. F. Feuiltaine conserve lui sa 4ème place, suivi par B. Lopez. S. Christophe, parti de la 8ème place fait 6. D. Charles quant à lui fait 7ème, J-P Cuk 8ème, G. Levert 9ème et pour finir P. Gradelet 10ème.

Supersport B: Lors des 2 premières manches, c’est F. Valantin qui profite de sa place de leader sur la grille de départ et s’octroi à chaque fois le hole shot et la victoire. Vous l’aurez donc compris, l’intérêt se trouvait ailleurs. Comme par exemple la bataille pour la seconde place entre C. Clarin et N. Moncomble (respectivement 2ème et 3ème). Ou bien la jolie remontée d’A. Tarantino, parti 7ème pour revenir à la 4ème place. A la 5ème place, on retrouve S. Varin et à la 6ème J. Grossoeuvre. Les 7ème et 8ème places sont occupées par E. Saurou et G. Hendrickx. Pour finir S. Maigner et G. Monchy étant à égalité de point, la 9ème place est finalement attribuée à S. Maigner grâce à une manche de finale plus rapide et du coup la 10ème à G. Monchy.

Aniche
Aniche
Aniche
HB Cyclone Surikarn
Yokomo MR4 TC BD
Yokomo MR4 TC BD
Xray T2
Xray T2
Xray T2
Corally RDX
Corally RDX
Corally RDX
Xray T2
Team Br00d Motor
Tamiya 415 MSX
Tamiya 415 MSX
Tamiya 415 MSX
Spintec ICC
HB Cyclone Hara Edition
HB Cyclone Hara Edition
HB Cyclone Hara Edition
HB Cyclone Hara Edition
Losi XXXS
Corally RDX
Championnat de France 1/10 Touring
Championnat de France 1/10 Touring
Championnat de France 1/10 Touring

Supersport A: Des finales qui ressembleront comme 2 goûtes d’eau à celle des Supersport B, avec à chaque fois le leader qui s’échappe et qui ne laisse que des miettes à ses poursuivants. Justement derrière, la bataille fut très tendue entre les différents protagonistes pour une place sur le podium. A ce petit jeu, c’est J. Carpentier qui s’en tire le mieux, sauvegardant ainsi sa seconde place acquise en qualification. La meilleure remontée du weekend sera à mettre à l’actif d’A. Constanty, parti de la 8ème place en qualif et qui arrive à se faire un trou pour atteindre la 3ème marche du podium. M. Jasmin n’est pas mal non, parti lui de la 9ème et finissant au pied du podium. Pour compléter ce tableau des finalistes, nous trouvons L. Jasmin en 5, H. Ragaut en 6, A. Beauquier en 7, S. Bellity en 8, Gaëtan Dannel en 9 et pour conclure M. Rascol 10.

Podium Superport A - Championnat de France 1/10 Touring

Le podium Supersport A (moteur libre):

1. Cyril N'Daye
2. Jérôme Carpentier
3. Arnaud Constanty

Podium Supersport B - Championnat de France 1/10 Touring

Le podium Supersport B (moteur 12 tours):

1. Fabien Valantin
2. Cédric Clarin
3. Nicolas Moncomble

Podium Sport - Championnat de France 1/10 Touring

Le podium Sport (moteur 17 et 19 tours):

1. Olivier Beining
2. Julien Blondel
3. Fabien Queva

La carte Postale de Fabien Valantin :

Et une manche de CF en plus, une. Qui plus est, vues les conditions météorologiques, je pense qu’on peut s’estimer heureux, car mis à part le vendredi où il était impossible pour toute personne sensée de rouler, le reste du weekend a plutôt été clément pour nous. Bon, mes prédictions concernant le taux de participation étaient un peu fausses, mais que voulez vous, on fait ce qu’on peut. Il faut bien admettre que cette partie de l’année n’est que peu propice, à cause ou grâce à tout un tas d’examens. Bref, tout ça pour dire qu’on s’est bien amusé et qu’ on reviendra et je vous donne rendez vous à Villerest pour en découdre.

Catégorie Supersport A

Rang Driver Car Motor / ratio Batteries ESC Body Sponsors
1 Cyril N'Daye Tamiya
415 MSX
Orion V2
7x1 - 7.91
Orion
GP4300
LRP
QC2
Mazda 6 T2M, Team Orion, LRP, Tamiya, RC Body Paint, Millenium Racing
2 Jérôme Carpentier HB Cyclone Corally
8x1 - 8.17

Corally
IB4200

Robitronic
iCube
Stratus 3 Corally, SMS
3 Arnaud Constanty Tamiya
415 MSX
Corally
8x1 - 8.28
Corally
IB4200
Corally
MMS3
Mazda 6 Corally, SMS
4 Michaël Jasmin Tamiya
415 MSX
GM
8x1 - 8.0
GM
IB4200
Nosram Mazda 6  
5 Loïc Jasmin Tamiya
415 MSX
GM
8x1 - 7.97
GM
IB4200
GM
SX12
Mazda 6 GM Racing, Graupner
6 Hugo Ragaut HB Cyclone Orion V2
8x1 - 8.75
Peak
GP4300
Ko Propo
VFS-1
Mazda 6 Team Orion, RC Body Paint
7 Alexandre Bauquier Associated
TC3 FT
Novak BL
4.5 - 9.0
Corally
IB4200
Novak
GTB
Stratus 1 SMS
8 Stéphane Bellity Xray T2 Chekpoint
7x1 - 8.5
Orion Ko Propo Mazda 6 RB, Millenium Racing
9 Gaëtan Dannel Xray T2 Corally
8x1 - 6.8
Corally
IB4200
Robitronic Mazda 6  
10 Mathias Rascol Xray T2 Novak BL
4.5 - 10.2
SMC
IB4200
Novak GTB Mazda 6 Xray, Novak, RB, Millenium Racing
               

Catégorie Supersport B

Rang Driver Car Motor / ratio Batteries ESC Body Sponsors
1 Fabien Valantin Corally
RDX
Corally
12x1 - 7.4
Corally
IB4200
Keyence
Rapida
Mazda 6 Corally, SMS, WPV, RCinfos, LAF, Modélisme Passion
2 Cédric Clarin Corally
RDX
Corally
12x1 - 6.5
Corally
IB4200
Corally
MMS3
Mazda 6 Ansx, famille Couvreur
3 Nicolas Moncomble Xray T2 Corally
12x1 - 6.8
Orion
GP3700
Robitronic
iCube
Mazda 6 Wartelle Modélisme
4 Aurelien Tarantino Tamiya
415 MSX
Checkpoint
12x1 - 6.97
Orion
GP4300
Ko Propo
VFS-1
Mazda 6 Asia Modélisme, Carpet Racing
5 Samuel Varin Xray T2 Br00d V2
12x2 - 7.14
Br00d
IB4200
Ko Propo
VFS-1
Mazda 6 Harc76, Br00d
6 Julien Grossoeuvre Xray T2 Br00d CP
12x2 - 7.14
SMC
IB3800
CS Rocket Max Stratus 3 Harc76, Br00d
7 Eric Saurou Tamiya
415 MSX
Orion V2
12x1 - 6.76
IB4200

Tamiya
Volac

Mazda 6 Millenium Modélisme, BAK Design, T2M, RC Driver
8 Gilles Hendrickx Tamiya
415 MSX
Corally
12x1 - 6.76
Orion
GP4300
LRP
QC2
Stratus 3  
9 Stéphane Magnier Yokomo
BD
Corally
12x1 - 7.0
Orion
GP3700
LRP
QC2
Mazda 6 MESRC, Champ RC
10 Gregory Monchy Associated
TC4FT
Reedy Ti
12x1 - 6.7
Fusion
IB4200
Robitronic
iCube
Stratus 3 RMD, JTN
               

Catégorie Sport

Rang Driver Car Motor / ratio Batteries ESC Body Sponsors
1 Olivier Beining Corally RDX Corally
17x2 - 5.57
Corally
GP3700
Keyence Mazda 6 WPV
2 Julien Blondel Xray
FK'05
Corally
17x2 - 5.9
Orion
GP3700
Nosram
Evo
Mazda 6  
3 Fabien Queva Tamiya
415 MSX
Corally
17x2 - 5.85
Corally
GP3700
Ko Propo Stratus 3  
4 Florian Feuiltaine Tamiya
415
Corally
17x2 - 5.71
GM
GP3700
Ko Propo Mazda 6  
5 Baptiste Lopez Xray
FK'05
Corally
17x2 - 6.21
Orion
GP3700
Nosram
Dominator
Stratus 3 MESRC77
6 Christophe Simon Xray
FK'05
Corally
17x2
Corally
GP3700
Hitex
HFX
Stratus 3  
7 Dimitry Charles Xray
T2
Corally
17x2 - 6
Corally
GP3700
Corally
MMS3
Stratus 3  
8 Jean-Paul Cuk Tamiya
TA04
Corally
17x2 - 5.57
Intellect
3600
Duratrax Alfa 156  
9 Girart Levert Associated
TC4
Orion SV2
17x2 - 6.5
3700 GM
V12
Stratus 3 MESRC77
10 Patrick Gradelet Losi
XXXS
Corally
17x2 - 6.51
Peak
GP3300
Robitronic
Spirit
Stratus 2  
               

Partenaires de RC Infos:

Retour en haut de page    |    Retour à la page précédente

Charte d'utilisation    |    Contact    |    RCi sur Twitter    |    RCi sur Facebook

Copyrights © :   AdaptaWeb  /  RC Infos    |    Dernière mise à jour:  Vendredi 09 octobre 2015